De Costumière à Consultante en Personal Branding

Au tout début de ma carrière professionnelle, j’étais Costumière et Créatrice de costumes pour le cinéma, le théâtre et le ballet. C’était dans le milieu des années 80. Et depuis quelque temps, je m’interroge sur les similitudes entre mon ancien métier à celui que j’exerce à présent (c.-à-d. Coach et Consultante en Personal Branding).

J’avoue que perdant plusieurs années, j’ai été tiraillée entre le regret de ne plus faire ce que j’aimais et la conviction que ce choix s’imposait à moi comme la meilleure manière d’être en accord avec mes valeurs familiales personnelles. En effet, il me paraissait difficile de prendre soin de mes enfants en partant travailler sur des tournages durant plusieurs mois. Je ne regrette pas ce choix, car il m’a permis d’être en accord avec moi-même dans un domaine important de ma vie. Pourtant, une partie de moi est toujours Costumière.

Encore aujourd’hui, chaque fois que je regarde un film ou un spectacle, je décortique les costumes avec un œil de professionnelle. Et après plus de 20 ans de cessation d’activité, c’est toujours ancré en moi, comme un réflexe parce que c’était une passion. Je ne faisais pas des choses pour être Créatrice de Costumes. Je l’étais ; et je le suis encore. C’est inscrit dans ma personnalité. J’avais beaucoup de plaisir à donner de la cohérence aux personnages. J’aimais donner de la profondeur et de l’authenticité à leur personnalité. Et faire en sorte que le spectateur ne se rende pas compte de tout le travail qu’il y avait derrière chacun d’eux.

Aujourd’hui, c’est exactement ce qui m’anime en tant que Consultante en Personal Branding. Je trouve passionnant l’idée de permettre à une personne de se révéler. De l’aider à créer une cohérence entre ses valeurs profondes, ses talents innés, ses passions et ce qu’elle fait pour vivre. Jusqu’à créer une évidence pour elle-même et pour son entourage.

Lorsqu’à l’époque je travaillais sur un projet de costumes, je commençais par lire le scénario pour appréhender les personnages et noter tous les petits détails pouvant fournir des éléments afin de cerner leur personnalité et de relever les besoins de chaque scène. Puis je passais de longs moments avec le metteur en scène pour m’imprégner de sa vision et comprendre ce qu’il voulait voir s’exprimer à travers leurs vêtements. En général, il me parlait de leurs vécus, car ils n’étaient pas nécessairement révélés dans le scénario.

Parfois, j’avais des conversations avec les comédiens qui incarnaient les personnages, car ils pouvaient m’apporter des compléments d’information non négligeables sur leur identité.

S’il s’agissait d’un film historique, je me documentais sur la période concernée. Ce qui pouvait m’amener à passer de longs moments dans les bibliothèques (celle de Beaubourg était ma préférée), et visiter des musées (j’ai passé de nombreuses heures au Louvres)…

Costumes PascaleBaumeister 1

Bref, à glaner le plus d’infos possible sur l’époque en question afin de comprendre la vie des gens. Y compris sur les matières qu’ils utilisaient pour s’habiller. Et oui ! Il n’y avait pas Internet…

C’est exactement ce qui se passe dans la seconde étape du Personal Branding. C’est l’étape de la révélation de notre identité, de nos talents et points forts. Celle de la conscientisation de nos valeurs et besoins.

L’étape où l’on s’interroge sur soi, sur ce qu’on veut réellement réaliser dans notre vie, où l’on détermine nos objectifs avec précision et où l’on trouve le courage de réaliser ce pour quoi nous sommes faits.

Pour continuer dans mon analogie avec la création de costumes, l’étape suivante était celle de la création. Dès que j’avais suffisamment d’informations, je prenais mes crayons et me mettais à dessiner les costumes et tous les petits accessoires de chaque personnage. Puis je les soumettais au metteur en scène, et ensemble, nous faisions les modifications qui convenaient pour que les personnages correspondent exactement à la vision qu’il en avait. Alors, je reprenais chaque costume et je faisais la liste de tout ce dont il était constitué. Certaines choses pouvaient être achetées, d’autres louées et d’autres encore devaient être fabriquées. Mon rôle était alors de coordonner les différents intermédiaires afin que tout soit prêt au début du tournage…

Dans le Personal Branding, il s’agit de la troisième étape. Après avoir extrait l’essence même de notre personnalité et mis en évidence ce que nous voulons vraiment, nous choisissons les outils de communication* qui nous ressemblent afin de montrer cette image révélée de nous-même et d’avoir un impact positif sur notre cible et notre environnement.

*Site Web, Blog, carte de visite, cartes de correspondance, articles, livres, etc.

La dernière étape du travail de costumière concerne tout ce qui se passe lors du tournage. Je devais connaître l’ordre dans lequel les scènes étaient tournées et savoir exactement « qui » portait « quoi ». Puis créer un plan d’action et m’assurer de son bon déroulement en faisant preuve d’une organisation réglée comme du papier à musique. Tout en restant totalement flexible par rapport aux imprévus et trouver des solutions quoiqu’il arrive…

Les heures de tournage coûtent cher et les faux pas impliquent tellement de gens qu’il vaut mieux éviter les dérapages. Là encore, le Personal Branding trouve sa similitude.

Dans la dernière étape du Personal Branding, nous sommes amené à créer un plan d’action concret qui nous permet, à la fois de nous rendre visible auprès de notre cible et d’atteindre nos objectifs.

C’est l’étape de la stratégie et du rayonnement.

Je trouve amusant de faire ce constat, car ces trois étapes correspondent aux différents aspects de ma personnalité et franchement, je ne pensais pas trouver une activité qui puisse à nouveau les réunir avant de rencontrer le Personal Branding.

J’ai toujours aimé faire des recherches, créer, et mettre au point des stratégies (c’est mon petit côté perfectionniste). Je me sens parfaitement à ma place et l’un de mes plus grands souhaits est que toute personne trouve la sienne.

C’est ma quête personnelle, ce qui m’anime et donne du sens à ma vie…

(Cette publication a paru pour la première fois dans une version antérieure de mon Blog personnel www.pascale-baumeister.fr en février 2007)

Une activité Webportage – 13100 Le Tholonet
©PascaleBaumeister – Tous droits de reproduction réservés – Mentions légales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *