Etre le héros de sa propre légende

« Le secret de la vie est d’avoir une mission, une chose à laquelle vous donnez tout… Et le plus important, c’est que ce soit une chose totalement hors de portée. » Henry Moore

La phrase d’Henry Moore est peut-être un peu ambiguë. On peut se demander à quoi ça sert d’avoir une Mission si celle-ci est hors de notre portée. Est-ce qu’au contraire ce n’est pas déroutant de poursuivre un but qu’on n’est pas certain d’atteindre ?

Disons que si elle n’était pas hors de portée, ça ne serait pas une Mission. Car ce qui est excitant dans la vie, c’est d’avancer vers l’inconnu, d’avoir l’occasion de se dépasser, d’aller au-delà de ses limites personnelles et de sortir de sa zone de confort, de découvrir des choses et d’aller à la rencontre de gens, de chercher des solutions aux difficultés que l’on rencontre et de vivre des aventures… D’être le héros de sa propre légende…

Joseph Campbell, un écrivain américain qui a écrit « Le Héros aux mille et un visages », a étudié la séquence d’événements qu’on peut trouver dans tous les mythes des différentes cultures.

Selon lui, les points communs de nos chemins de vie sont constitués d’étapes qu’il a appelées le « voyage du héros ». Une sorte de schémas culturels profondément ancrés en nous.

Et si ce schéma était, en fin de compte, la véritable ligne directrice qui guide nos expériences et donne du sens à notre existence, au-delà de ce qu’on veut bien admettre ? Personnellement, j’en suis persuadée…

Voici ce que Campbell a révélé à travers ses recherches :

Dans la première étape, le voyage du héros implique que ce dernier réponde à une forme d’appel qu’il doit accepter et s’engager pleinement dans la réalisation de la mission qui se présente à lui.

L’étape suivante consiste à traverser un seuil, à confronter les obstacles qui viennent de lui-même ou de son environnement. Un passage entre le connu et l’inconnu qui implique la révélation de sa véritable personnalité.

C’est alors qu’on entre dans un nouveau territoire qui l’oblige à grandir, à évoluer, à sortir de sa zone de confort et à faire preuve de courage pour aller vers cet inconnu qui l’effraie tant et qui ne lui offre aucune garantie. Ce qui l’incite à trouver de l’aide, des alliés, des outils, un guide… L’important étant de rester ouvert à toute forme d’expérience pour pouvoir les accueillir et dépasser les obstacles, ainsi que ses propres peurs.

En se laissant transporter par le voyage proprement dit, il constate que les alliés peuvent prendre des formes totalement inattendues. C’est alors qu’il lui faut faire face aux épreuves ou à l’opposition. Ces épreuves correspondent à un certain type d’énergie qui reflète bien souvent son ombre intérieure, ce qu’il doit apprendre à accueillir et à transformer.

S’il cherche à la nier ou à s’en débarrasser, cela risque de la renforcer voire de l’approfondir. L’idée, c’est de rester en connexion avec son centre, son Moi authentique, et en congruence avec le sens de son voyage, de sa vision. De la reconnaître comme faisant partie de lui dans un premier temps, puis de faire confiance à la vie, au creuset de son évolution, soit en développant de nouveaux talents et compétences, soit en créant de nouvelles ressources.

Enfin, la quête du héros s’accomplit. Mais sachez qu’au final, celle-ci ne prendra son véritable sens que si celui-ci fait profiter son environnement de son apprentissage en y mêlant la croissance et les découvertes qu’il a glanées tout au long de son voyage.

Puis il poursuit son chemin pour répondre à l’appel suivant…

Dustin Hoffman et personnage

Dustin Hoffman dans « Héros malgré lui »

Quelle que soit la forme que prend notre Mission, celle-ci s’enracine profondément dans notre identité. Chaque individu est singulier et sa Mission lui est propre. Cette vocation spécifique le rend unique et irremplaçable, car les éléments qui ont constitué sa vie ne pourront jamais être reproduits à l’identique. La tâche de chaque personne est unique.

Bien souvent, celle-ci se transforme au cours de notre vie. Elle se précise, se concrétise, s’étend.

Le grand violoniste Yehudi Menuhin affirma un jour : « Quand je jette un regard sur mes soixante ans de vie, je suis surtout frappé par leur élan dynamique. Tout ce que je suis, pense ou fais, tout ce qui m’est arrivé semble s’être imposé depuis ma naissance avec la simple évidence d’une preuve géométrique. Il est étrange, voire quelque peu bouleversant, de s’apercevoir en train d’accomplir ce qui semble être un destin. »

Quel que soit le cours de notre vie, notre Mission s’inscrit toujours dans un appel. On peut la fuir ou se méprendre sur sa nature. Peu importent les raisons pour lesquelles nous nous y dérobons et les prétextes que nous invoquons pour en retarder l’accomplissement, on restera hanté par elle comme par un fantôme, aussi longtemps qu’on ne l’aura pas remplie…

« Chacun, parce qu’il pense, est seul responsable de la sagesse ou de la folie de sa vie, c’est-à-dire de sa destinée. » Platon

Il me parait évident qu’on ne peut pas s’inventer de Mission, mais que celle-ci émerge à travers les défis que la vie nous impose. Ce qui implique d’accepter l’idée que tout ce que nous vivons pourrait avoir une raison d’être et nous permet d’évoluer pour développer notre Quintessence.

Le libre arbitre que nous invoquons parfois pour ne pas suivre nos inspirations et nous opposer à la mise en oeuvre des projets qui s’offrent à nous de façon évidente ; est l’expression du manque de confiance que nous avons en nous-mêmes et en notre propre destinée. Ce sont nos peurs et notre manque de courage ou de détermination à franchir les obstacles qui se trouvent sur notre route qui prennent alors le dessus. Pourtant, je ne crois pas qu’on puisse réellement y échapper. Car la vie finit par nous amener à traverser les mêmes situations jusqu’à ce qu’on accepte notre Mission et qu’on se laisse porter par le flot de l’aventure de la vie.

Lorsqu’on laisse à notre Mission la possibilité d’émerger et de prendre forme, celle-ci se laisse discerner peu à peu pour finir par devenir évidente, voir irrésistible ou même obsessionnelle (on a alors le sentiment que si on ne prend pas la voie qui s’ouvre devant nous, notre vie n’aura pas de sens, alors que tout notre entourage nous insuffle de ne pas y aller). Et il n’est pas rare qu’elle se révèle après un évènement marquant, parfois même traumatisant.

Elle n’est pas toujours aussi claire au début que dans les aventures des héros dont nous aimons raconter les histoires depuis la nuit des temps. Souvent, elle prend forme lentement, parallèlement à la croissance de Soi. Comme un tableau qui se dessine devant nous peu à peu.

Ce qui est dommage, c’est qu’on y résiste trop souvent. Pourtant, personne n’aime l’idée d’avoir à quitter cette Terre sans avoir accompli quelque chose dont il est fier. Le pire étant d’avoir des regrets. Si nous étions davantage conscients du fait que le temps nous est compté, nous serions certainement moins à l’écoute de nos peurs et éviterions nos choix édulcorés. Il nous serait alors plus facile de passer à l’action et d’avoir le courage de mettre tout en œuvre pour réaliser nos inspirations. Mais voilà, nous n’aimons pas être confrontés à notre temporalité et d’acceptons pas l’idée que nous sommes de passage, alors nous évitons d’y penser…

Mais ce que je crois personnellement, c’est que rien (à part les contes et les légendes, si on se donne la peine d’écouter leurs messages) ne nous incite à nous interroger sur notre Mission de vie et notre Destinée.

C’est la raison pour laquelle je me passionne tant pour le Personal Branding, car sous le prétexte de construire sa stratégie de communication personnelle, on se trouve obligé, par souci d’authenticité, de se poser des questions aussi existentielles et on ne peut se détourner de l’importance d’apprendre à SE CONNAÎTRE.

D’un côté, il y a notre Mission de vie qui correspond à ce que nous sommes prêts à mettre en œuvre pour réaliser notre Vision idéale du monde. C’est le rôle que nous jouons dans le monde en réalisant ce qui nous tient à cœur et en utilisant au mieux nos Talents… Puis, il y a toutes les petites Missions qui s’apparentent davantage aux défis que nous relevons et qui jalonnent notre existence.

Savez-vous quelle est votre Mission de vie et quelles aventures inspirent votre voyage ?

©PascaleBaumeister – Tous droits de reproduction réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *