Introvertie et fière de l’être

En lisant l’ouvrage de Devora Zack sur le réseautage, j’ai découvert quelque chose à mon sujet que je n’avais jamais envisagé… Je suis « introvertie »…

Un constat surprenant si on considère le métier que je fais. Je passe tout mon temps à rencontrer des gens, à animer des séminaires devant 10, 20 et parfois même plus de 50 personnes. Je suis une personne curieuse, ouverte et j’aime les gens… Mais après murissement sur le sujet, c’est un fait, je suis introvertie…

Voici quelques explications : Les extravertis parlent pour penser, bavardent, discutent, verbalisent, parlotent (bon, ça m’arrive aussi !)… Les introvertis pensent avant de parler, prennent le temps de réfléchir, tâtent le terrain pour établir des stratégies. Les extravertis ratissent large, se mettre en avant pour développer et élargir leurs relations. Ils participent, sont expansifs et sociables… Les introvertis vont au fond des choses. Ils assimilent, se concentrent, apprennent et établissent des priorités. Ils sont déterminés et autonomes. Les extravertis puissent leur énergie dans la compagnie des autres, font la fête, font du social, dialoguent et rencontrent des gens… Les introvertis puisent leur énergie dans la solitude, suivent leur propre rythme, établissent des rapports, réfléchissent et rechargent leurs batteries (voir page 42).

Bon et alors, me direz-vous !

Premièrement, c’est toujours intéressant de savoir comment on fonctionne. Ça permet de s’apprécier tel qu’on est et ça permet aussi d’avoir de l’indulgence pour ceux qui ne fonctionnent pas comme nous… Pour ma part, les extravertis.

Il existe deux différentes méthodes pour aborder les gens (et la vie). L’une comme l’autre est parfaitement efficace, si chacun connait son mode fonctionnement et ses limites. (Dans son livre, D. Zack parle aussi des centrovertis, mais elle les met dans le même « camp » que les introvertis). Alors que les introvertis vont privilégier la relation « one to one », vont approfondir leurs liens avec des personnes choisies et se construire un réseau de personnes, certes moins nombreuses, mais soudées et qui prendront plaisir à construire des projets ensemble. Les extravertis vont avoir besoin d’accumuler de très nombreux contacts qu’ils vont très vite appeler des amis et se sentir à l’aise dans de grands rassemblements. Au final, les deux modes d’approche donnent des résultats probants, même si certains font moins de bruit que les autres. Tous finissent par construire des réseaux solides. À noter tout de même que les extravertis tiennent très mal la distance et ne sont pas toujours bons en ce qui concerne le suivi ;-). Ces derniers aiment butiner un peu partout et sont appréciés pour leur spontanéité et leur jovialité. Alors que les introvertis sont appréciés pour leur écoute, leur concentration, leurs conseils et la qualité de leurs tête-à-tête.

Comme dirait l’autre… « Il faut de tout pour faire un monde ! » Et ces deux types de personnalité sont parfaitement complémentaires. Mais elles ont besoin de se comprendre pour apprendre à oeuvrer ensemble.

C’est très Yin/Yang cette histoire (rien à voir avec le genre). C’est la créativité, face à la réceptivité. Le principe de l’alternance qui est à la base de l’existence, la complémentarité entre deux pôles contraires, mais indissociables, selon les Chinois…

Quel que soit votre mode de fonctionnement, je vous conseille vivement de lire ce livre : « Cultiver son réseau quand on déteste réseauter », car, même s’il y a autant d’introvertis que d’extravertis dans ce monde, 95 % des livres qui sont écrits sur ce sujet le sont par des extravertis. Alors, les conseils de D. Zack sont tout à fait judicieux pour les uns comme pour les autres.

Cultiver son réseau quand on déteste réseauter

Pour finir, voici quelques idées reçues que dénonce l’auteure sur les introvertis : Ces derniers ne sont pas timides, ni dénués d’esprit d’équipe. Ils peuvent être dotés d’assurance, de confiance en eux et être fortement impliqués. Ils aiment les gens, sont chaleureux et aiment faire de nouvelles rencontres…

Chers introvertis, permettrez moi de m’adresser à vous, car c’est chose rare quand on aborde le réseautage… Chaque fois que vous appréhendez de faire de nouvelles rencontres professionnelles, dites-vous qu’il y a plusieurs façons de les aborder et qu’au moins la moitié de la population est dans votre cas. Ça vous donnera un peu d’élan. Et puis, n’hésitez pas à abuser du « Kit de survie pour activer son réseau », page 67. Pas mal non plus le chapitre pour organiser des activités qui conviennent à tous, page 145.

À vos réseaux !

Vous pouvez retrouver ce livre dans ma liste de sélection, à droite de ce Blog.

©PascaleBaumeister – Tous droits de reproduction réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *