Cap Athéna Project

Cap Athéna est un projet que je suis en train de mettre en place pour accompagner spécifiquement les femmes et leur permettre de développer leur leadership, leur confiance en elle, afin qu’elles osent faire savoir qui elles sont et ce qu’elles font en tant que professionnelles, mais aussi en tant que femme.

Je suis en train de constituer un groupe qui s’adresse à toutes celles qui souhaitent apprendre à mettre en avant leurs atouts, leurs compétences et à miser sur leur différence pour prendre leur place dans leur environnement professionnel, quel que soit leur statut.

Il y aura des Rencontres, des Ateliers, des Accompagnements en groupe et un peu plus tard, des Evénements.

Nous y parlerons évidement de Personal Branding, mais aussi de Confiance en Soi, de Leadership, d’Indépendance Financière, de Stratégies et de Communication.

J’ai choisi de prendre pour symbole la Déesse Athéna, non seulement parce que je suis grecque d’origine, mais aussi et surtout, parce que sa légende m’inspire énormément. Je vous en livre une partie ici :

Athéna est connue comme étant la Déesse de la Sagesse et de la Guerre. Mais elle est aussi celle du Courage, de l’Inspiration, de la Civilisation, de la Justice, des Mathématiques, de la Force, des Arts, de l’Artisanat et des Talents…

De plus, son nom est généralement associé à la protection de toute entreprise héroïque.

Souvent représentée accompagnée d’une chouette qui symbolise de la Connaissance, c’est aussi la fille préférée de Zeus, son père, et la plus aimée de Dieux de l’Olympe.

Sa venue au monde est particulière, puisqu’elle est née de la tête de son papa. Voici comment :

Le Roi des Dieux était épris de la belle Métis, une océanide, qui avait le pouvoir de se transformer en n’importe quoi. Mais celui-ci c’est fait duper par Ouranos qui lui a prédit qu’un enfant plus puissant que lui allait naître de son union avec sa bien-aimée. Alors, lorsqu’il apprit qu’elle était enceinte, il prit peur et voulut déjouer la prédiction. Du coup, il eut l’idée de défier Métis de se changer en goutte d’eau pour l’avaler.

Quelques mois plus tard, il fut pris d’atroces migraines, alors il supplia Héphaïstos, Dieu du feu, de la Métallurgie et des Volcans, de le libérer de son mal. Et celui-ci ne trouva pas mieux que de lui fendre le crâne d’un coup de hache, libérant ainsi sa fille Athéna.

C’est ainsi que notre Déesse naquit, jaillissant de la tête de son père déjà adulte, vêtue d’une armure, brandissant sa lance et son bouclier, en poussant un puissant cri de guerre.

Zeus ressenti tout de suite un grand amour pour la fille qu’il avait mise au monde et la confia au Dieu Triton, afin de l’éduquer. C’est ainsi qu’elle passa ses premières années au lac Tritonis avec Pallas, la fille de Triton.

Très vite, les deux jeunes femmes sont devenues très proches, jusqu’à se considérer comme des sœurs. Elles s’entrainaient souvent à se battre jusqu’au jour ou Zeus, croyant sa fille en danger, voulut la protéger en s’interposant devant Pallas ce qui eut pour effet de la tétaniser et de lui faire baisser sa garde. Et c’est ainsi qu’elle reçut un coup mortel de la part de son amie Athéna.

Un chagrin immense s’empara d’elle, car elle avait tué une des personnes qu’elle aimait le plus au monde. Alors, elle érigea une statue en son honneur auprès de son père sur le Mont Olympe et signa dorénavant « Pallas Athéna ».

Plus Athéna grandissait et plus l’amour de Zeus grandissait à son égard, à tel point qu’il lui accordât une place privilégiée à ses côtés. Ce qui ne manqua pas de susciter des jalousies, notamment de la part de son frère Arès, également Dieu de la Guerre. D’autant plus que très vite, elle se révéla être une grande stratège et s’imposa comme la conseillère de son père prit l’habitude de la consulter pour bénéficier de sa sagesse. Il avait une telle confiance en sa fille qu’il ne lui cachait aucun secret. Il lui indiqua notamment l’emplacement de ses armes et lui permit de les lui emprunter. C’est ainsi qu’on la retrouve dans diverses aventures, armée de l’attirail de son père, comme par exemple son bouclier sur lequel elle accrochera la tête de Médusa.

Un jour, Athéna se trouva en conflit avec Poséidon, le Dieu de la Mer, pour définir qui devait posséder l’Attique (péninsule grecque) et devenir le représentant de la ville d’Athènes. Ils choisissent alors comme arbitre Cécrops, le premier roi du territoire, qui leur demanda de faire chacun une offrande, afin de les départager.

Poséidon frappa l’Acropole de son trident et en fit jaillir un étalon noir invincible au combat, ou dans d’autres légendes, une source d’eau salée. Quant à Athéna, elle leur offrit un olivier symbolisant la sagesse. Cécrops jugea que le présent de la Déesse était bien plus utile pour son peuple, et c’est ainsi qu’elle est devenue la protectrice d’Athènes.

Les légendes ont fait d’Athéna la protectrice des Héros, des Dieux et des chefs grecs. Elle défendit son père lors de la bataille et de la révolte des Géants, apporta son aide à Héraclès durant ses travaux, offrit son soutien à Persée dans son épopée contre Médusa et protégea Ulis à travers ses nombreuses péripéties.

La guerre était omniprésente dans le monde des cités grecques qui avaient besoin d’être protégées tant physiquement que spirituellement. Notre Déesse de la Sagesse et de la Guerre représentait l’art de se protéger et de prévoir les combats à venir, l’aspect ordonné de la guerre qui obéit à des règles. Alors que l’art du combat lui-même était incarné par Arès, son frère, dans sa sauvagerie meurtrière.

Athéna est l’une des figure les plus importantes et intéressantes de la mythologie grecque, car elle nous décrit une femme forte qui excelle dans l’art de la guerre, apporte la paix et la sérénité à son peuple et guide les héros au travers de leurs aventures.

Cap Athéna Project 1

Voila pourquoi j’ai choisi son symbole pour représenter ce projet. Je souhaite qu’ensemble nous fassions bouger notre statuts de femmes et oisons prendre en main notre destinée.

Personnellement, je ne crois pas que nous devons attendre que les choses changent au niveau sociétal et politique… Cela fait des années que des engagements et des lois sont votées, sans que rien ne change véritablement. Je pense que c’est sur nous, et sur nous seules que nous pouvons compter si nous voulons prendre notre place dans ce monde, qui, j’en suis certaine n’attend que cela. Quoi qu’on en dise !

Soyons le changement que nous voulons voir advenir dans ce monde !

A très bientôt,

Pascale Baumeister