Qui sommes-nous réellement ?

La notion d’image de soi est très importante. Elle correspond à la manière dont nous nous percevons et nous dicte notre façon de nous comporter, qui ne dévie presque jamais de cette vision interne que nous avons de nous-mêmes.

Elle nous conduit à agir en cohérence avec le genre de personne que nous pensons être et notre image de soi influence fortement le comportement que les autres ont envers nous.

On dit, à juste titre, que les autres nous traitent tels que nous nous traitons nous-mêmes. Pourtant, nous considérons rarement les choses de cette façon. Nous sommes plus enclins à nous plaindre des comportements que les autres ont envers nous et négligeons d’observer ce que nous pensons de nous-mêmes.

La plupart du temps, nous ne réalisons même pas que nous avons une image de soi, jusqu’au jour où nous nous questionnons sur le sujet. Jusqu’au jour où nous nous demandons :

Qui suis-je réellement ?

Cette question, nous rechignons trop souvent à nous la poser. Je dirais même que beaucoup d’entre nous sont totalement terrifiés à l’idée de se la poser. Peut-être parce qu’on a peur de se retrouver face à une personnalité insignifiante. Parce-qu’on a peur que cette image révélée de nous-mêmes ne nous plaise pas ou ne soit pas à la hauteur de ce que nous pensons qu’elle devrait être.

Depuis le temps que j’accompagne les gens et que je partage leur intimité du fait de mon métier, j’ai pu constater que, malheureusement, l’opinion que nous avons de nous-mêmes n’a souvent rien à voir avec la réalité de ce que nous sommes. Que le regard que nous portons sur nous est bien souvent erroné. Qu’en ce qui nous concerne, nous sommes rarement objectifs et extrêmement sévères. Bien plus que nous ne le sommes envers les autres. Et cette critique silencieuse nous déstabilise, jusqu’à nous faire perdre quelque chose de précieux, comme notre équilibre et notre détermination à agir en fonction de ce qui est juste pour nous. De ce qui nous permettrait de prendre notre place dans notre société et notre environnement proche.

J’ai rencontré des hommes et des femmes bardés de diplômes, qui avaient fait une carrière que beaucoup pourraient qualifier d’exemplaire et qui semblaient, en apparence, avoir tout réussi, mais qui pourtant, avaient une piètre opinion d’eux-mêmes.

Alors que d’autres, qui n’avaient pas réalisé grand-chose dans leur vie, se faisaient pourtant totalement confiance.

Et le point important, c’est bien celui-là. Je suis certaine que ceux qui ont une bonne image de soi sont ceux qui se font confiance. Je n’ai pas écrit « qui ont confiance en eux », mais « qui se font confiance ». Ce qui c’est bien là toute la différence.

Partout on nous parle de confiance en soi et on nous dit que nous devrions avoir pour objectif de la développer, de la cultiver, alors que notre société tout entière est modelée pour que nous n’ayons pas confiance en nous.

Notre image de soi se forme dès notre plus tendre enfance, dans les premiers messages que nous recevons de notre famille. Et même s’ils étaient positifs, beaucoup de ceux qui suivirent ne l’étaient malheureusement pas.

Lorsque nous entrons à l’école, nous sommes entourés de nombreuses personnes qui semblaient en savoir tellement plus que nous. Sans parler de nos professeurs qui nous retirent, involontairement, notre génie dans la tentative de nous modeler pour faire en sorte que nous ne prenons pas trop de place dans la classe. Et petit à petit, notre spontanéité d’enfant disparaît dans une course destinée à faire de nous des adultes.

Puis juste au moment où nous avons commencé à nous en sortir, la puberté arrive, avec tout ce qu’elle comporte de mal-être. Sans oublier toutes les personnes autour de nous qui nous mettent subrepticement dans le doute, afin de mieux se sentir, tellement elles ont une faible estime d’elles-mêmes.

Alors, pour compenser notre manque de confiance en nous, nous simulons… Nous inventons un personnage sensé correspondre à ce que les autres attendent de nous et qui nous nous assurerait leur affection, leur estime et leur amour.

Nous perdons un temps considérable et mettons beaucoup énergie à cacher au monde l’image négative que nous avons de nous-mêmes. Pour finalement perdre le contact avec notre véritable personnalité et cesser de nous faire confiance.

En maintenant l’illusion du « Soi projeté » et en cachant au monde notre « Soi redouté », la petite voix du « Soi authentique », celle qui pourrait dire qui nous sommes réellement, devient à peine audible.

La seule manière d’inverser ce processus, c’est de :

APPRENDRE A SE FAIRE CONFIANCE

 Et comme je l’ai mentionné plus haut, n’oublions pas que ce que nous pensons de nous a un effet sur les sentiments que les autres expriment à notre égard.

Plus de 90% de ce que nous communiquons est inconscient. Alors, les personnes qui nous entourent répondent continuellement à notre langage corporel, au ton de notre voix et aux signes émotionnels que nous transmettons. Même si les mots que nous utilisons semblent positifs, nous pouvons très bien convoyer un message verbal qui sera contredit par notre langage corporel.

Sans nous en rendre compte, nous sommes constamment en train de dire aux autres comment se comporter avec nous, au travers de la manière dont nous nous comportons avec nous-mêmes.

Alors que nos échecs renforcent la « prophétie » de l’image négative que l’on a de soi, il est rare que nos succès la rendent positive. Il suffit d’observer la majorité des gens qui possèdent de nombreux « signes extérieurs de richesse » ou de lire la press-peoples pour s’en rendre compte.

Nous pouvons donc en déduire que le culte de l’apparence n’est en aucune manière un problème exclusivement réservé aux célébrités, car chacun compense dans une certaine mesure une partie de lui-même qu’il n’aime pas et a une mauvaise image de lui-même.

En développant notre image de soi, en apprenant à nous faire confiance, nous commençons petit à petit à prendre possession de notre destinée, nous finissons par devenir le capitaine de notre navire et nous développons notre capacité à influencer notre environnement, jusqu’à ce que celui-ci réponde à nos attentes.

Bref ! pour être apprécié des autres,
il faut commencer par s’apprécier soi-même…

©PascaleBaumeister – Tous droits de reproduction réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *