Sortir des sentiers battus pour trouver un job !

Je voudrais aborder un paradoxe qui me turlupine… Celui qui existe entre le nombre incroyable d’entreprises qui sont à la recherche de collaborateurs et l’augmentation constante du chômage en France ces dernières années…

Concrètement, Pôle-Emploi a recensé 1.600.000 millions de projets de recrutement en 2012 et considère que 43 % de ceux-ci sont difficiles à satisfaire. Ce qui veut dire que malgré les 3.057.900 de personnes qui sont à la recherche d’un travail, 688.000 de ces postes resteront vacants…

Plus d’infos sur : http://www.bmo.pole-emploi.org/files_dl/2012/rap_BMO_2012.pdf

Les raisons de cette situation peuvent apparaître bien complexes. Visiblement, l’offre ne correspond pas à la demande et je me demande qui des entreprises ou des candidats devraient lâcher prise.

D’un côté, il est important pour notre épanouissement personnel de faire un travail qu’on aime, qui correspond à nos besoins essentiels et dans lequel nous pouvons exprimer notre personnalité, nos talents ainsi que nos compétences. Un travail qui nous permet de nous sentir à notre place (les principes du Personal Branding font émerger cette importance et je ne remettrai jamais cela en question). De l’autre, comment nous épanouir si nous n’avons pas de travail parce que nos besoins ne correspondent pas au marché de l’emploi ?

Mais est-ce bien là le problème ? J’ai du mal à croire que ces chiffres soient une fatalité sur laquelle on ne peut avoir d’influence.

Pour ma part, je pense que les entreprises devraient faire des efforts et ne pas se limiter, comme elles le font si souvent, à sélectionner leurs candidats en fonction de leurs diplômes et de leurs années d’expérience. Car il est évident que c’est loin d’être une garantie de compétence et qu’il n’y a que sur le terrain que les individus peuvent montrer leurs aptitudes, à condition d’être encadrés par des manageurs habiles (je consacrerai un autre article à ce point noir une autre fois). Qu’elles devraient élargir leurs critères de sélection et donner leur chance à un plus grand nombre de personnes ! Quelles sont bien trop frileuses (un peu comme nos banques…), ne font pas suffisamment confiance aux individus, ne se mouillent pas suffisamment et cherchent des garanties dans un univers où il n’y en a aucune, car un être humain n’est pas une matière comme les autres, mais qu’elle devrait être LA matière première, quelle que soit l’activité de l’entreprise. On ne peut catégoriser les individus comme on le fait avec des marchandises, parce que c’est une matière vivante qui réagit à l’environnement dans lequel elle évolue, et qu’elle peut donner plus de satisfaction si on en attend le meilleur… Mais pour cela, le personnel encadrant doit être doté d’un savoir-faire managérial conséquent, car en réalité, une compétence, ça s’acquiert.

Désolé de vous avoir traité de « matière », c’est ma façon à moi d’insister sur le fait que vous n’en êtes pas !

D’un autre côté, je pense que les personnes ne sont pas suffisamment préparées à la complexité du marché du travail tel qu’il est en réalité. Complexité amplifiée par le fait que savoir défendre ses qualités, ses aptitudes pour un poste et parler de soi est une des choses les plus difficiles qui soit pour la majorité d’entre nous. Du coup tout le monde fait la même chose et personne n’arrive à rien.

Selon moi, c’est un peu comme si le marché de l’emploi formait un gros embouteillage parce que tout le monde veut passer par la même autoroute pour trouver un travail…

Bouchons

Alors que bien souvent, nous avons plus de chance d’arriver à nos fins si nous sortons des sentiers battus…

Ce que je veux dire par là, c’est que beaucoup de choses doivent changer en ce début de XXIe siècle et que chacun doit faire un effort pour initier ces changements si nous voulons que les choses s’améliorent.

Entreprendre des démarches de recherche d’emploi effraie la majorité d’entre nous. Résultat, la plupart de nos actions sont quasiment stériles, mais elles ont l’avantage de nous donner bonne conscience comme… nous inscrire dans des sites de recrutement… postuler en ligne sur le site des grosses boites… faire des candidatures spontanées à la volée… distribuer son CV comme on distribuerait des Flyers à la sortie du métro (ou faire des recherches sur le site de Pôle-Emploi (pour ne citer que celui-là), alors qu’elles sont bien souvent périmées)…

Je sais bien que tout le monde vous dit que c’est ce qu’il faut faire et qu’il y a pas mal de mes confrères qui doivent avoir les cheveux qui se dressent sur leur tête en lisant ses lignes.

Tout le monde tient le même discours : De nos jours, que l’entreprise soit grande ou petite, les offres d’emploi ne sont accessibles que par le biais d’internet… même si celui-ci ne nécessite pas d’avoir des compétences en informatique… Mais est-ce la vérité ?

Que se passerait-il si nous bravions cette règle et que nous allions directement frapper aux portes, si nous allions à la rencontre des personnes clefs, si nous sortions des sentiers battus et allions au-delà des lois que le numérique est en train d’ériger comme des principes immuables ?

Ce qui est indéniable c’est que depuis que ces principes existent, tous les candidats se précipitent pour s’exécuter. Résultat, chacune des offres d’emploi qui sont présentées sur le net est assaillie par des dizaines de CVs. Un peu comme sur la première image au dessus. Comment voulez-vous qu’on voit votre valeur et votre différence dans cette condition ? Les personnes qui sont chargées de recueillir ces candidatures sont, elles aussi, des êtres humains. Du coup, elles se cantonnent à des principes de bases et tentent de sélectionner ceux qu’elles considèrent comme étant susceptibles d’être les meilleurs par rapport à leurs diplômes et leurs expériences… et elles peuvent passer à côté du candidat qu’il leur faut parce qu’il n’a pas de signe distinctif visible. Mais comment pourraient-elles faire autrement ?

Alors si ce que je suis en train de mettre à jour est la réalité, ça veut dire que si nous voulons augmenter nos chances de trouver un travail de nos jours, il nous faut nous mouiller un peu plus et prendre quelques risques en faisant ce que l’entreprise n’attend pas de nous. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire :

  • Aller directement à la rencontre des personnes chargées du recrutement, ou mieux encore, celles qui sont au dessus d’elles. Vous avez une chance sur deux de vous faire reconduire, mais peu importe, c’est la meilleure façon d’avoir des noms et de rendre votre démarche plus personnelle.
  • En amont, vous devez vous concentrer sur les entreprises qui vous intéressent vraiment, afin de faire des recherches dignes d’un investigateur professionnel pour tout savoir sur elles (et s’il vous plait, ne privilégiez pas celles qui ont un site de recrutement. Ou pire encore, les grosses entreprises sous prétexte que ça fait bien sur votre CV. Est-ce vraiment si important, alors que le risque de vous retrouver noyer parmi des centaines de personnes au point que votre travail deviendra tellement impersonnel et ennuyeux ?).
  • N’hésitez pas à ressortir vos plumes et écrivez des lettres manuscrites à des personnes choisies qui seront suffisamment imprégnées de votre motivation (la vraie, pas celle que vous mettez en accompagnement de votre CV). Bon si votre écriture est vraiment moche, reprenez votre ordi. Mais ne négligez pas la personnalisation de ce que vous faites.
  • Perfectionnez votre expression orale et apprenez à vous présenter par téléphone et avoir le courage d’appeler les personnes de l’entreprise pour trouver des noms, avoir un contact direct, mettre un pied dans la porte… vous faire connaître quoi ? Vous avez peur de déranger ces personnes bien trop occupées, pas grave ! Ecrivez et scénarisez votre discours, enregistrez-vous, réécoutez-vous, améliorez-vous, testez votre présentation auprès de personnes critiques et devenez un-e AS de la présentation !
  • Faites preuve d’imagination, mais restez approprié (créatif ne veux pas spécialement dire extravagant).
  • Trouvez-vous dans des endroits où on ne vous attend pas vraiment pour postuler. Ces entreprises ont une activité, elles organisent des évènements parfois, elles font la promotion de leurs produits. Quoi qu’il en soit, vous avez des chances de trouver des contacts directs, si vous osez les aborder et que vous avez bien travaillé votre présentation 😉
  • Si vous tenez quand même à vos démarches numériques, allez sur les sites les plus locaux, vous aurez plus de chance de dénicher la perle rare, car la plupart du temps, personne n’y va.

Quelques liens pour des recherches générales dans diverses agglomérations : http://www.beepjob.com/index.php
Le Blog : http://beepjob.com/blog/ http://emploirama.com/

Quelques liens, quelques idées pour ceux qui sont sur Paris : http://www.paris.fr/emploi http://www.jobs-paris.com/index.html#jit826 http://www.maison-emploi-paris.fr/demandeur-emploi/chercher-un-emploi

Quelques liens, quelques idées pour ceux qui sont dans les Yvelines : http://www.mliv.org/ http://www.mlsqye.org/ http://www.parc-naturel-chevreuse.fr/offres-emploi-stages.html http://www.versailles.fr/economie-commerce/emploi/

C’est à vous maintenant de faire preuve d’imagination, mais quoi que vous fassiez, ne jouez jamais un rôle et gardez votre authenticité… Ne faites jamais ce que votre éthique personnelle ou vos valeurs vous interdiraient par ailleurs… Et faites en sorte que votre profil sur les réseaux professionnels soit impeccable, en privilégiez votre mini-biographie (même s’il vous faut la réécrire 20 fois). C’est la partie la plus importante, car les recruteurs sont tous susceptibles de vérifier s’il y a cohérence entre ce que vous leur avez présenté et ce que vous montrez sur le net.

Au faite, vous connaissez les 3C du Personal Branding ?

  1. Clarté : Apprendre à communiquer clairement sur ce qu’on fait. Et savoir exactement ce qui est « on brand » et « off brand » pour soi. Créer une marque claire et limpide. Par exemple, Nicolas Hulot communique clairement autour de la conscience écologique.
  2. Cohérence : Pour être cohérents face à notre cible, nous devons toujours nous référer à notre vision et à notre mission. Si ce que nous faisons est en accord avec ces deux points, alors nous serons toujours cohérents.
  3. Constance (dans la visibilité) : Rester focalisé sur notre cible. Nous devons en permanence trouver le moyen de retenir son attention sur ce que nous faisons.

Il est clair que les petites routes sont plus difficiles à arpenter. Bien souvent on avance moins vite parce qu’il y a des tas de virages et pas mal d’obstacles à franchir. Mais comme elles sont peu fréquentées, nous avons plus de chance d’arriver à destination…

Route de campagne 3775

©PascaleBaumeister – Tous droits de reproduction réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *